Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2018-04 | Page d'accueil

29/06/2018

Parution de mon livre sur Fernand Chauvel

Fernand couverture - copie 3.jpgLe Docteur Fernand Chauvel (1868-1953) fut une figure médicale incontournable du Finistère pendant cinquante ans. Il fonda à Quimper en 1902 la clinique Saint-Michel, dont le nom s'éteint ces jours-ci par l'absorption de cet établissement dans un plus grand groupe. Ce fut la première clinique chirurgicale du Finistère, et même la première clinique pasteurienne de Bretagne.

Fernand Chauvel avait en effet été formé par le Dr Émile Roux, cofondateur de l'institut Pasteur avec Pasteur, et par le Professeur Félix Terrier, qui appliqua le premier dès 1890 (à l'hôpital parisien Bichat) les principes de Pasteur et révolutionna ainsi la salle d'opération. Chauvel fut son élève à l'époque même où Terrier mettait ses innovations au point, en 1892-1894.

Fernand Chauvel reçut la Légion d'Honneur dans sa salle d'opération, sur le champ de bataille, en 1918, et fut à la même époque appelé comme membre de ce qui allait devenir l'Académie Nationale de Chirurgie. Après l'armistice, il reçut aussi la Croix de Guerre 1914-18.

Président de l'association des médecins du Finistère pendant tout l'entre-deux-guerres, président aussi du Yacht-Club de l'Odet, médecin des cheminots de Quimper, il fut à cette époque une figure incontournable et s'engagea fermement pour la liberté de culte en 1924, dans ce qu'on a appelé le "réveil des catholiques bretons", lorsqu'il sembla que le Cartel des Gauches s'apprêtait à serrer un nouveau tour de vis contre la pratique religieuse catholique. Il fut soutenu par Ouest Éclair (ancêtre de Ouest France), par la Fédération des Républicains Démocrates, proche du Parti démocrate Populaire du député de Pau Auguste Champetier de Ribes, lors de son élection à la mairie de Combrit en mai 1925.

Il fut même candidat poincariste aux sénatoriales de 1928. Sa profession de foi, publiée par le Progrès de Cornouaille, indique que, catholique, il est attaché à la République, il a servi comme tout le monde pendant la Grande Guerre et ne peut plus supporter que de véritables "lois d'exception" accumulent les brimades contre les pratiquants. Il respecte d'ailleurs toutes les religions et convictions et est ennemi de tous les sectarismes. Il échoua de peu à être élu sénateur.

Il était devenu maire de Combrit en 1925 et est, à ce jour, le maire à avoir occupé le plus longtemps ce siège, puisqu'il y resta jusqu'en septembre 1944. Sous l'Occupation, il réussit à éviter que les jeunes de sa commune ne soient emmenés par le STO pour travailler en Allemagne nazie.

Il est mort en 1953.

Cette année est le 150e anniversaire de sa naissance. C'était le grand-père de ma mère. Je lui ai donc fait ce petit livre hommage.

Éditions de la Pérenne, 12 Euros.

Fernand couverture - copie 3.jpg

19:31 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook