Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2013

Budgets entre dérive et impasse

Lire que le FMI conseille à l'Espagne de réduire son chômage revient à peu près à imaginer que la méchante reine de Blanche Neige lui conseillerait d'éviter les pommes pendant quelque temps. Verra-t-on, un jour, les Bourses saluer les embauches massives des grandes entreprises cotées chez elles au lieu de leurs sempiternels plans "sociaux" de licenciements boursiiers ? On finirait presque par le croire.

Il y à cette incongruité une raison profonde : c'est que le FMI ne croit plus à l'austérité. Car celle-ci ne produit que des effets douloureux à court terme, des effets de moins en moins bien supportés par les peuples. Le FMI, en fait, verrait bien l'ensemble des pays emboiter le pas des Etats-Unis qui continue leur course folle vers le gouffre en jetant les milliers de milliards par les fenêtres. Avons-nous donc, tous ensemble, passé le point de non retour ? Est-il trop tard pour ramener nos comptes mublics à la riason ? Je ne le crois pas. Mais il est vrai qu'effacer vingt ou trente ans de croissance artificielle aboutit à une correction très vive de la production et que, quand nos démocraties consistent en un menseonge collectif sur des lendemains qui chantent perpétuellement, la vérité n'est pas toujours facile à accepter.

Il reste qu'en France, la dernière décision annoncée ne peut que soulever l'indignation : amputer nos forces armées d'encore 34000 hommes et femmes, dont environ 11000 combattants, cela ressemble à une énième tentative de réduire l'envergure de la France, envergure qui n'est pas une donnée neutre, mais qui dépend entièrement de ce que nous entendons faire de notre pays. L'abandon est le fruit d'une volonté, non pas des circonstances. Réduire notre armée d'encore 34000 hommes et femmes, cela signifierait que l'on réduirait la masse d'ensemble des fonctionnaires de près de 700000 hommes et femmes d'ici 2019, compte tenu de la proportion que représente la fonction militaire dans la fonction publique en général. 700000 d'ici 2019, plus de cent mille par an. Où voit-on que la majorité actuelle emprunte ce chemin pour d'autres administrations que la Défense Nationale ? Il y a donc un choix, celui de faire payer à nos armées l'incurie de nos dirigeants actuels et passés, et de faire de la France un passé, ce qui est intolérable.

Il est vrai que nous avons besoin de drones et d'A400, et même que nous devrions bâtir un second porte-avions nucléaire, car n'en avoir qu'un revient à n'en avoir aucun, puisqu'il ne peut être tout le temps à la mer, mais faut-il rappeler que des solutions budgétaires existent ? Lisons par exemple le livre d'Agnès Verdier Molinié, qui estime à 60 milliards les économies que procureraient la fin de certains doublons administratifs, ce sans amputer le moins du monde les missions régaliennes ni sociales de l'Etat. Oui, mais, il faudait qu'il y ait en ce domaine ce qui s'exprime si facilement et si heureusement dans des cas essentiels mais restreints comme le maïs Monsanto ou le choc de simplification, et que l'on voudrait voir se généraliser dans l'action de la majorité : une volonté.

08:52 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Enfin, monsieur Torchet pourquoi diable voudriez vous que celui qui a été l'irresponsable du Parti Socialiste pendant onze ans ne continue pas de raisonner comme il l'a toujours fait ?
Ce n'est pas à 58 ans qu'on change...
Les économies à faire au plan budgétaire se trouvent, tout le monde le sait, dans les collectivités locales : les doublons, les copinages, les magouilles, les dépenses somptuaires, l'explosion des embauches clientélistes.
Et vous pensez sérieusement qu'un parti d'élus et d’apparatchiks qui "gère" toutes les régions sauf une, toutes les grandes villes sauf quatre et pratiquement tous les départements va se faire Hara-Kiri ?
Vous pensez sérieusement que celui qui va le faire s'appelle Hollande ?
Ou vous rigolez, ou vous avez fumé la moquette, ou vous vous moquez de nous...
Il était évident pour tout le monde lors de la dernière présidentielle que le choix était clair entre un président de la République, certes non dépourvus de défauts, mais qui avait ses qualités d'énergie, de conviction et d'audace et un petit apparatchik socialiste, sorte de politicien de province hypocrite, démagogue et manœuvrier de bas étage, CONGENITALEMENT incapable de trancher, de décider, d'assumer des risques.
Il suffisait pour s'en convaincre d'écouter les propres amis de ce personnage, le grotesque "Pépère".
Il ne faut d'ailleurs pas s'étonner du mépris dans lequel de nos jours les mêmes continuent de le tenir (voir l'attitude des Montebourg, Aubry, Fabius, pour ne pas parler de Valls le matamore...liste non limitative).
Il est donc paradoxal c'est le moins que l'on puisse dire de s'étonner de la politique suivie par ce "gouvernement" :
Quand on a voté pour ce type, on assume et on ne pleurniche pas.
"Dieu se rit de ceux qui déplorent les conséquences en chérissant les causes"

Écrit par : Jihème | 04/08/2013

@ jihème

Votre portrait du candidat alternatif à Hollande en 2012 omet qu'il a réduit à lui tout seul l'envergure de la France dans des proportions scandaleuses, notamment en réintégrant sans contrepartie le commandement intégré de l'Otan, et que, par ailleurs, sa ligne politique raciste était inacceptable.

Écrit par : hervé torchet | 04/08/2013

Nous ne sommes plus du temps de De Gaulle et du début de la force de frappe dans le cadre d'un affrontement Est/Ouest où être membre de l'OTAN signifait être AUTOMATIQUEMENT impliqué dans un conflit déclenché par d'autres.
L'URSS s'est volatilisée, et nous avions tous les inconvénients de ne pas être dans l'OTAN (aucun grand commandement par exemple) mais sans aucun avantage, nous sommes que nous le voulions ou pas un pays occidental et considéré comme tel.
Par contre nous avions toutes les charges d'interopérabilité, que ce soit dans le domaine des munitions que dans la mascarade qui consistait à participer aux manœuvres OTAN en tant que pseudos "observateurs".
Sarkozy a mis fin à l'hypocrisie et voilà tout.
Ceci dit quand on ne s'est pas rendu compte que Flamby était un politicard de bas étage, lâche et faux jeton, quand on a voté pour lui, je comprends qu'on ne se soit pas rendu compte que le mur de Berlin n'existe plus et que l'Allemagne est réunifiée.
Quant au reste et les histoires de ligne politique raciste, c'est ridicule...
Ce qui est excessif est insignifiant comme disait l'autre.

Écrit par : Jihème | 04/08/2013

"(...) amputer nos forces armées d'encore 34000 hommes et femmes, dont environ 11000 combattants, cela ressemble à une énième tentative de réduire l'envergure de la France, envergure qui n'est pas une donnée neutre, mais qui dépend entièrement de ce que nous entendons faire de notre pays."
Entièrement d'accord avec toi ! Tout ça n'est qu'une question de volonté...

"Il est vrai que nous avons besoin de drones et d'A400, et même que nous devrions bâtir un second porte-avions nucléaire, car n'en avoir qu'un revient à n'en avoir aucun, puisqu'il ne peut être tout le temps à la mer..."
Voilà une remarque fort pertinente sur une situation à laquelle je n'avais jamais vraiment réfléchi ! C'est à dire qu'un porte avion ne peut pas être constamment opérationnel...

Encore un billet remarquable. Moi aussi je reçois la lettre de l'iFRAP et suis très attentive aux analyses d'Agnès Verdier-Molinié...
Les tiennes sont toujours très utiles, car provoquant une réflexion pragmatique. Que l'on peut appliquer à tous les niveaux.

En ce moment je prépare un billet sur "la subsidiarité", car ce principe essentiel, issu de la religion catholique je crois, devrait être la base de tous nos choix politiques. Un seul me semble l'appliquer en ce moment sans nommer pour autant le terme, c'est André Chassaigne. Un communiste pourtant ! Qui justement désavoue Hollande. Oui, le Parti Socialiste nous entraine dans le gouffre.

Écrit par : Françoise Boulanger | 07/08/2013

Si Dany passe ici pour lire la toatalité, elle doit etre comme moi explosée de rire.
Salut!

Écrit par : Martine | 07/08/2013

Voyez Sieur Torchet, ai appris lors de vacances familiales qu'un préfet issu d'un certain cabinet a été muté aux "antipodes", après moins de dix huit mois d'exercice...C'est triste, lol! :o))

Écrit par : Martine | 25/08/2013

Écrire un commentaire