18/10/2013

Léonarda : la loi doit être appliquée avec clémence

Chacun aujourd'hui connaît le prénom de cette jeune fille qui vient d'être expulsée de France vers le Kosovo avec sa famille, et chacun a un avis, chacun avec sa nuance, chacun sans exception, même si l'on n'a pas accès à tout le dossier, si bien que des bribes d'information plus ou moins vérifiées viennent relancer l'émotion, l'indignation, ou au contraire la fermeté, selon que l'on croie que le père ait été violent envers sa famille, ou que cette famille puisse disposer ou non d'un passeport italien, donc européen, ou que l'on songe aux enfants deux fois victimes. Drame des errants plus ou moins apatrides qui ne rencontrent partout que la haine et le rejet.

Ces apatrides avaient trouvé en France un secours, leurs enfants allaient à l'école, ils se dirigeaient vers une vie certes confrontée à toutes les difficultés que les humbles ont dans notre pays ces temps-ci, mais avec les mêmes chances que n'importe qui. Ils sortaient enfin la tête de l'eau. Devant ces circonstances, un juge eût peut-être adopté la clémence. Il eût peut-être relu Victor Hugo. Mais un juge intervient-il encore dans ces procédures inhumaines où une administration aveugle applique une loi sans réfléchir ?

Oui, la loi est faite pour être appliquée. Elle est parfois sévère, mais c'est la loi. Dura lex, sed lex. Cependant, il est de tradition, dans notre pays, que la loi soit appliquée avec discernement. Il est un pays comparable au nôtre où elle ne l'es pas, ce sont les États-Unis, où le glaive de la loi s'abat avec une sévérité frénétique. Dans ce pays, on tue dix fois plus qu'en France par armes à feu. Dans ce pays, 1% de la population est en prison, alors qu'en France c'est un pour mille, soit exactement dix fois plus là-bas qu'ici en termes de proportion. Quelle est donc la loi la plus efficace, celle qui rugit et qui punit, ou celle qui discerne dans le crime et dans le châtiment ?

Je sais bien qu'une partie de notre population est en état avancé d'exaspération. Le député qui marche, jean Lassalle, rencontre partout une population désespérée et hostile au pouvoir politique, hostile à l'étranger quelle qu'en soit la forme, prête à voter pour le Front National. Il est vrai qu'il a traversé la France de l'est, celle qui, depuis des années, vote deux fois plus FN que l'autre, celle de l'ouest. Quand il viendra à l'ouest, il constatera que les gens y sont exaspérés, certes, mais c'est encore bien plus contre les gabegies politiques et bien moins contre les boucs émissaires.

Et finalement, lorsque l'on écoute les politiques vitupérer contre les prétendus "roms" et se réjouir que l'on dépense l'argent du contribuable (à hauteur de 400 millions) pour renvoyer ces "roms" dans un hypothétique chez eux, on se dit qu'ils sont bien commodes, ces boucs émissaires "roms", car ils détournent l'attention des médias de l'immense gabegie des élus cramponnés à leur fromage. Ils font oublier que les sénateurs de presque toutes obédiences ne veulent pas lâcher leur juteux cumul des mandats, que les députés prient en silence pour que la loi qui les en prive ne s'applique finalement pas, et que les systèmes parfois mafieux qui gouvernent nos colletivités locales dérobent bien plus dans notre porte-monnaie que tous les voleurs de poules du monde.

Alors c'est facile, de jeter le peuple, ce "peuple sévère" dont parlait Victor Hugo, contre les trop faibles "roms", toujours premiers à payer pour les turpitudes des autres. Mais que les vrais coupables prennent garde, car il y a une justice au-dessus des autres justices, et celle-là, lorsque son pouvoir de clémence s'épuise, elle est terrible. Alors, Messieurs les politiques, qui ne cessez de réclamer la clémence pour vous-mêmes, commencez donc par la pratiquer vous-mêmes. Et progressez. Sinon, tremblez.

09:44 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Ce tintamarre me consterne.
Il semble qu'il y ait eu faute dans l'application des procédures, le seul point digne de contestation; mais là aussi prudence, étant donné la personnalité du préfet concerné à ce qu'il n'y ait pas accusation d' une forme de chasse aux sorcières, prendre le temps d'une enquète me parait donc raisonnable.

La question de la nationalité Italienne, il n'y a pas de droit du sol là-bas tout comme chez nous, meme si natif du pays de parents étrangers une demande d'acquisition de la nationalité doit avoir été formulée.

En ce qui concerne la destruction de papiers, cela ne m'étonne guère, une pratique très en vogue ces dernières années, car juridiquement, et les transporteurs qui subissent les amendes le savent bien, les reconductions aux frontières se pratiquent de la facon suivante, soit retour au pays national (si papiers attestant de leur nationalité) soit au pays d'embarquement les voyages multi-troncons faussant la donne, il est souvent impossible d'en retrouver la source^^^.

Cette frénésie actuelle me parait très dommageable, ils me font tous penser à d'irresponsables pyromanes, j'ai mal à mon pays.

Écrit par : Martine | 18/10/2013

Allez hop, une preuve de mes assertions:
http://fr.pratomigranti.it/?act=i&fid=2691&id=20081204134310780
En ce qui concerne la France, l'ai déjà déposée chez l'héré sous un autre gouvernement.
Le droit du sol (tout comme "the fantasy" prétendant que lorsque l'on nait dans un aéronef sa nationalité sera celle du pavillon du transporteur ou double ou triple etc : du très grand n'import nawak) est une vision de l'esprit, il n'existe pas! Faudrait l'expliquer à nos enfants^^^.

Écrit par : Martine | 18/10/2013

Et bien vous devriez être content monsieur Torchet, votre président l'ineffable Flamby vient d'humilier la Nation devant cette petite merdeuse et ses ignobles parents...
Je me permettrais juste de modifier très légèrement une erreur dans votre post, ce n'est pas UN juge mais CINQ juges qui, successivement ont signifié à ces voyous étrangers qu'ils devaient quitter le territoire national...
Par contre vous devriez tirer un grand motif de satisfaction dans le fait que pendant cinq ans, diverses "associations" largement subventionnées, ont aidé, conseillé, appuyé ces individus qui par ailleurs étaient logés, nourris, payés, soignés, éduqués aux frais du contribuable...
Elle n'est pas belle la France de Hollande ?

Écrit par : Jihème | 21/10/2013

@ Jihème

Nous, bourgeois occidentaux, qui avons un passeport, un foyer, un réseau, devins en être bien contents.

Écrit par : Hervé Torchet | 21/10/2013

Nos pères, nos grands pères, nos aieux se sont battus pour cela.
Pour que nous soyons libres, indépendants, et accueillants, ouverts au monde mais ni niais, ni naïfs.
Nous n'avons pas le droit de spolier nos enfants de notre héritage culturel et matériel français, notre patrimoine, notre environnement, notre art de vivre.
Nous n'avons pas le droit de courber l'échine devant une nouvelle bien-pensance qui nous fait bafouer nos valeurs françaises au profit d'un tiers-mondisme mondain...d'une compassion de chaisières et en définitive devant l'arrogance de mafieux.
Nous sommes français, nous ne sommes pas roumains, ni kossovar ni quoi que ce soit d'autre.
Ceux qui se font les complices de cette humiliation nationale devant une gamine de 15 ans, une famille de voyous avec derrière des gouvernements indignes et des mafias perdent de vue au nom de pseudos "Grands Principes" et de la culpabilité petite-bourgeoise notre dignité nationale voiure le simple bon sens.

Écrit par : Jihème | 21/10/2013

@ Jihème

Être français, c'est justement être un epu roumain, un peu kossovar, un peu tout et non seulement berrichon. Mes deux grands-pères, résistants tous les deux sous l'Occupation, se sont battus pour faire sortir les tziganes des camps de la mort nazis, où des gens qui epnsaient de l'identité allemande ce que vous pensez de l'identité française les avaient envoyés. Vos propos sont inacceptables à un républicain.

Écrit par : hervé Torchet | 21/10/2013

J'ignore ce qu'on fait ou n'ont pas fait vos deux grands pères pendant la guerre, c'est votre affaire et pas la mienne, ni d'ailleurs celle des lecteurs.
Ce qui compte c'est ce qui se passe ici et maintenant.
Est-ce que je m'amuse à me gratter le nombril avec la colonne Alessandri moi ?
Je n'y trouve pas matière à m'en vanter, ni matière à en rougir et l'héroïsme n'est pas héréditaire si tant est que faire son devoir vis-à-vis de la Nation soit de l'héroïsme.
Moi mes parents c'étaient des soldats de métier ils combattaient ceux que leur pays leur disait de combattre, dans ce cas précis des Thaïlandais d'abord, des Japonais ensuite puis la France les oubliait et c'est bien ainsi.
Je n'ai jamais vu mon père se promener avec son héroïsme en bandoulière, et je me garderais bien de jouer au héro par procuration.
Vous n'êtes pas l'arbitre des élégances en matière de républicanisme, mon bon ami et la France est française que ça vous plaise où pas, elle est accueillante, elle est généreuse mais dans le respect de ses traditions, de ses valeurs et de ses intérêts.
C'est certainement regrettable de votre point de vue mais c'est ainsi.

Écrit par : Jihème | 22/10/2013

Eolas, l'avocat blogueur, a fait la synthèse parfaite de cette affaire. La voici :

http://www.maitre-eolas.fr/post/2013/10/20/L-affaire-Leonarda

Écrit par : Hervé Torchet | 23/10/2013

Eolas, l'avocat blogueur devrait se souvenir de ce qu'on apprenait à son cours de droit de première année de fac : "Summa Jus, summa injuria".

Écrit par : Jihème | 25/10/2013

Écrire un commentaire